Rénovation énergétique : l’isolation thermique au centre du diagnostic immobilier

diagnostic immobilier

Publié le : 21 janvier 20215 mins de lecture

Dans le diagnostic de performance énergétique, l’isolation thermique d’un logement tient une place importante. Des travaux d’isolation peuvent être effectués pour améliorer la note du diagnostic.

L’isolation thermique dans le diagnostic de performance énergétique

Le diagnostic de performance énergétique qu’on appelle aussi DPE est un document qui indique la quantité d’énergie nécessaire pour un fonctionnement normal du logement évalué. Il comporte une estimation chiffrée et une note allant de A à G. Pour établir le bilan, le diagnostiqueur décrit les équipements de chauffage, d’eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation et peut se baser sur les factures énergétiques des trois dernières années pour estimer la consommation annuelle du logement.

L’isolation thermique est prise en compte dans le calcul du bilan énergétique, d’où l’importance d’effectuer rapidement des travaux d’isolation si la note globale du logement est comprise entre D et G.

Une bonne isolation permet non seulement de réaliser des économies d’énergie conséquentes, mais aussi de réduire l’émission des gaz à effet de serre, nocifs pour l’environnement. Des propositions d’amélioration thermique sont suggérées dans le DPE. Vous pouvez en savoir plus sur l’isolation d’une maison sur le site renovetmoi.fr/.

Comment améliorer le DPE ?

Dans un logement ancien peu ou pas rénové, plusieurs pistes sont à suivre pour améliorer le bilan énergétique : l’isolation et le remplacement des systèmes de chauffage.

On pense souvent que changer les fenêtres pour y placer un double vitrage performant est l’action la plus urgente à entreprendre. Si elle est effectivement indispensable, ce n’est pas la plus urgente. Les fenêtres mal isolées ne sont responsables que de 10 à 15% des déperditions de chaleur dans un logement, contre 35% pour la toiture et 25% pour les murs.

Pour ressentir immédiatement des changements dans les performances du logement, il faut d’abord effectuer une isolation des combles, qu’ils soient perdus ou aménagés. Isoler les combles permet souvent de réduire la facture énergétique d’environ 20%, soit une économie pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros selon la taille du logement.

Parmi les gros travaux à effectuer, une isolation des murs peut aussi devenir indispensable. Pour ne pas perdre de surface habitable, il est conseillé de faire faire l’isolation par l’extérieur, à l’occasion d’un ravalement de façade. Mais une isolation par l’intérieur est tout aussi efficace.

D’autres petits travaux moins onéreux peuvent aussi être faits en attendant de réunir le budget suffisant : la calorifugeage des tuyaux d’eau chaude sanitaire, l’isolation des bas de porte (surtout dans les pièces non chauffées) ou encore condamner les cheminées qui sont non utilisées. Vous pouvez y installer une cheminée électrique à la place.

L’isolation des combles

Isoler ses combles est l’opération la plus recommandée si vos pertes de chaleur sont importantes. Vous pouvez bénéficier de nombreuses aides mises en place par l’Etat pour réduire la facture des travaux, notamment le crédit d’impôt et les Certificats d’économie d’énergie (qu’on appelle plus communément la prime énergie).

Mais comment isoler des combles ? Les méthodes diffèrent en fonction de la configuration de la pièce. Si vous disposez de combles perdus, la technique la plus utilisée est l’isolation par soufflage, qui consiste à répandre des flocons d’isolant sur toute la surface du plancher à l’aide d’une machine soufflante. Il est aussi possible de dérouler des bandes d’isolant dans les rampants de la toiture si les combles sont accessibles.

Si vos combles sont aménageables, vous pouvez en faire une nouvelle pièce sous les toits pour gagner de la surface habitable. Dans ce cas, on peut utiliser deux techniques pour isoler : l’isolation double couche par l’intérieur, ou le sarking.

Dans le premier cas, on pose deux couches d’isolant dans les rampants de la toiture, et on ajoute souvent un pare-vapeur pour éviter les infiltrations d’humidité. On pose ensuite les plaques de plâtre en fonction de l’aménagement de votre future pièce.

Le sarking consiste à isoler la toiture par l’extérieur, et nécessite de déposer la couverture de toit. Cette technique est plus chère, mais elle permet de ne pas perdre de surface au sol, et peut être réalisée dans le cadre d’une rénovation de toiture.

Plan du site